Mu, ou tout s’est écroulé… Le vent soufflait très fort, du ciel on voyait des rayons de lumière descendre sur les flots; Niburu approchait. Les nuages étaient noirs et au loin on entendait le vent gronder. Nous n’avons eu le temps de rien préparer; nous avons dû prendre des décisions difficiles très rapidement … Adama a choisi de guider les nôtres en ce que vous appelez maintenant, la Lémurie, Telos sous le Mont Shasta. On s’est quitté à la hâte lui et moi. Nous avons collé nos fronts comme on avait l’habitude de le faire, afin de sceller notre amour à jamais. En se promettant de se retrouver un jour, un temps, une époque … Trois ont fait le choix de rester avec moi. Nous nous sommes agenouillés en cercle autour des cristaux avec empressement. Nous avons connecté nos cœurs à ceux-ci. Nous y avons placé toute notre confiance qu’un jour tout reviendrait à la surface. Puis nous les avons scellés ensemble en même temps que nos cœurs. On a promis de se retrouver pour l’ascension de Gaia. On s’est serré une dernière fois, on avait une confiance infinie en notre amour, en l’amour qu’on partageait pour la Source. J’ai pris huit cristaux, je les ai serré contre mon cœur et j’ai embarqué sur le dos de mon ami de toujours, Faira, mon cheval ailé blanc. Nous sommes partis vers la pointe sud-est de l’île, chevauchant à travers les collines à toutes allure; nous ressentions l’urgence, la pression s’accroître. Nous sommes arrivés très vite à la pointe de l’île car le vent était avec nous et aidait tes ailes à propulser le maximum d’énergie. J’ai sauté de ton dos puis je t’ai regardé me quitter … Toi aussi. Je savais pourtant que l’on se retrouverait encore et toujours, mais ailleurs, dans une autre dimension. Je me suis approché des énormes statut Moais, les gardiens de l’île et j’y ai enfouies quatre cristaux; les quatre autres, je les ai enfouies au cœur de l’océan afin qu’ils soient protégés par les flots. Ensuite, je me suis tenue droite à la pointe de l’île. Je sentais le vent violent souffler sur mes joues et de sous mes pieds, la Terre s’ouvrait. J’ai crié vers le ciel; pas un cri de détresse, non un cri de confiance, de guerrière, de guerrière de la lumière, à jamais et pour toujours! Puis j’ai plongé du haut de cette falaise avec tout mon amour et toute ma foi que je reviendrai pour toi, Gaia, ma fille!

 

Je me trouvais encore en apesanteur, à la frontière entre deux mondes, comme à mon habitude… Mais cette fois-ci, les choses s’étaient un peu compliqués. Une pandémie mondiale nous était tombée dessus et il était maintenant difficile de voyager. On m’avait ausculté, regardé sous tous les angles possibles et ils avaient décrété que j’avais l’air juste assez normal pour embarquer dans leur avion. J’avais donc répondu à l’appel du Mont Shasta, cette montagne qui m’appelait depuis plus d’un an déjà. C’était maintenant le temps de retourner à la maison, car oui ma connexion avec le Inner Earth était maintenant une évidence! Le retour de l’enfant prodige au bercail! Bon, moi je me trouvais plutôt normal comme fille mais pas pour eux. Ça me faisait chaud au cœur de les savoir autant excité par mon retour, et comme j’ai tendance à m’imprégner des émotions des autres, j’étais maintenant moi aussi très excité à l’idée de les retrouver!

J’atterrie à Portland, Oregon pour commencer ce périple, je devais passer par le portail que les dragons dorés avaient ouvert en 2010. C’était aussi pour m’aider et absorber l’énergie que les dragons voulaient m’offrir. Et un peu aussi pour manger les fameux beignes de chez Voodoo doughnuts. Mon préféré a été le rose, mauve la fleur d’hibiscus il me semble… En tout cas, je vous le recommande!

Je parti donc de Portland avec une super van louer, un lit en arrière et plusieurs sacs d’épicerie bien remplis! Road trip style baby! Cinq heures et trente-neuf minutes me séparait de ma montagne chérie! La musique dans le tapis m’aida à rester focus.

Environ trente minutes avant d’arriver dans la ville de Mont Shasta, il y a un point d’observation, comme un passage obligé, je m’y arrêta. On y voit la montagne principale; car oui il y a plusieurs montagnes dans la région. Au loin, comme un mirage sorti de nulle part, le haut sommet enneigé raviva quelque chose en moi et je me mis à pleurer, je ne pouvais y croire! Une femme dans la voiture à côté de la mienne me fit un signe de la main. Elle avait vu que j’avais de la peine et m’invita à monter près d’elle. Elle me dit :

– Je t’ai vu pleurer, est-ce que tu veux un morceau de gâteau?

 

C’était vraiment la dernière chose que m’attendais à entendre!

 

– Je reviens du mariage de mon fils; le gâteau était vraiment trop gros et j’ai beaucoup trop mangé! Je te l’offre.

 

Je regardais la part de gâteau blanc au crémage mauve trôné au milieu de l’assiette en carton et pour lui faire plaisir plus que part envie, je pris l’assiette.

 

– Ok, thank you! Have a nice trip and stay save!

 

Je retournai à ma van avec mon nouvel ami que j’installa sur le siège passager. J’imagine que c’était mon cadeau de bienvenu. Je me mis à rire et démarra en trombe afin de parcourir les derniers miles (ouin, tsé les miles américains… c’est comme plus long) qui me séparait de mon Eldorado.

Mont Shasta n’est vraiment pas une grande ville, en fait ça me faisait beaucoup penser à St-Donat ou n’importe quelle ville avec seulement une avenue commerciale principale. Quelques commerces tous plus spirituels les uns que les autres, ainsi que quelques restaurants; sur la rue suivante quelques hôtels et une épicerie. Finalement, tout ce dont j’avais besoin pour ce périple. Comme j’étais complètement crevée, je me louai une chambre d’hôtel avec vue sur la montagne même si j’avais un lit dans ma van! Ouin, la princesse en moi voulait du confort pour sa première nuit au Royaume! Quand on est en voyage, on se réveille toujours tôt car on est en perpétuel mode FOMO! Je pris donc mes toasts au beurre de peanuts, ma banane et mon café carton (ouin tsé, les fameux gobelets de carton cheap) et me mis en route vers les chemins sinueux sur la montagne.

Quand la montagne avait commencé à m’appeler l’année précédente. Je ne savais pas trop pourquoi… Je m’étais toujours considéré comme quelqu’un d’eau, la mer plus que la montagne. J’avais donc fait quelques recherches mais c’est en reconnectant les fils de mon cœur que j’avais réellement compris. Je m’étais rappelé cette promesse faite bien avant mon incarnation pour cette vie. Je m’étais rappeler que lorsque le moment viendrait, j’irais réactiver ce passé oublié. Les codes d’activation étaient en moi depuis toujours.

Je me rendis donc sur le sentier qui s’appelle Bunny Flats, un des plus populaire. On y voit la montagne principale et ce n’est pas une trop longue ascension. Comme on était en avril, il y avait encore de la neige. Il y a quelques marches à gravir puis on se retrouve sur une sorte de plaine en rond. Le soleil était en train de se coucher et la montagne tournait violette! Un autre cadeau de bienvenu! Je me dirigeai instinctivement vers le pin qui trônait seul au milieu de cette plaine. L’air s’alourdissait et je sentais mon cœur se gonfler et s’emballer. Je ne voyais personne mais je pouvais sentir les yeux de la forêt qui m’observait. Mon instinct me guida à partir de là…

Je m’accroupis et mis des pierres blanches qui se trouvaient là en rond. Comme je l’avais fait des milliers de fois; je pris un bâton et traça les codes. Comment j’ai su quoi tracer vous me demanderai ? J’ai simplement écouté et ouvert mon cœur. J’ai mis mes deux mains au sol et j’ai versé des larmes; des larmes en symbole de renouveau; des larmes pour reconnecter avec toi… Pour te rappeler que je n’avais pas oublié ma promesse, que j’étais là, ici, maintenant; que je t’aimais, que je t’aime et t’aimerai toujours; que plus rien au monde ne pourrais nous séparer, que j’étais revenue à la maison.

Je me suis relevé et je t’ai senti m’appeler… Je me suis dirigé vers la montagne. Il y avait un petit sentier orné de grands pins des deux côtés. À l’orée de celui-ci, je me suis arrêté puis au bout de celui-ci, je t’ai vu. Ta prestance m’impressionnait toujours autant. Je sentais ton énergie me transpercer et reconnecter avec la mienne. Je sentais ton amour, je sentais monter en moi ce sentiment de complicité extrême que nous avions toujours partagé. Je sentais la partie de toi qui émergeait en moi. Cette partie de moi qui m’avait toujours manqué, celle qui m’avait hanté toute ma vie, celle que j’avais cherché dans cette vie, dans tant d’époques et de mondes… Tu as tendu tes mains et les a posés sur mon cœur. Tu as dit : Pour toi.  Tu as installé un cristal rose aux reflets violet sur mon cœur; par gratitude, par amour; en symbole de notre nouveau départ. Une activation pour une activation. Tu as disparu de mes yeux tout en restant présent dans mon cœur à jamais et pour toujours depuis cet instant. Je suis retourné au grand pin et y ai allumé un feu. J’étais entouré des nôtres. Je ne serais plus jamais seule désormais. Je vibrais avec vous maintenant et pour toujours. The Queen was back baby !!

Je suis reparti dans ma van en me dirigeant vers un drums circle dont on m’avait parlé dans la veille. Je mis sentie à l’aise et y fût super bien accueilli malgré le fait que je me sente souvent un peu « sauvage » et que je ne « fit » vraiment nulle part… Une célébration de remerciement j’imagine, dommage que mon gâteau de bienvenu ai complètement fondu sur mon siège passager!

Ceci est mon histoire que j’ai partagée avec toi. Libre à toi d’y croire ou non. Mais sache que la reconnexion a eu lieu, tout se met en place pour la construction du nouveau monde, l’Ascension est là. Le savoir revient, ouvre ton cœur, regarde à l’intérieur et reconnecte-toi à lui. Mom is back! Home sweet Home!